Aller au contenu principal

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

Février

CITATIONS

09/02/2020 - 16h

Noir90

Février

AFTERWORK #2

14/02/2020 - 19h

Février 2020
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29  
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

EXPOSITION D’INSTRUMENTS INDIENS

Découvrez les instruments exposés lors du week-end avec Anoushka Shankar les 31 janvier et 1er février 2020.


1. VINA ANCIENNE DU XIXe SIECLE

« Vina » est un vocable désignant deux familles d'instruments à cordes indiens fort différents : la Rudra Vina au nord de l'Inde, et la sarasvati vina, au sud. La Sarasvati Vina ou Vina carnatique est apparue au XVIIe siècle, vraisemblablement par hybridation entre la cithare sur bâton et un luth à manche long d'origine arabe ou persane (comme pour le sitar dans le nord). Il s'agit d'un luth à  anche long qui est le principal instrument à cordes pincées de la musique carnatique. La Vina exposée est une magnifique Sarasvati Vina ancienne à tête de dragon du XIXe siècle, avec tumba en métal. La tumba est un résonateur additionnel amovible (dévissable), placé au niveau de la tête, à l'arrière de celle-ci, et qui permet d'amplifier encore la puissance acoustique de l’instrument. Cet instrument décoré de parties en os et de polychromies a été remis en état de jeu.


2. GOPICHAND
Le Gopichand est composé d'une caisse de forme circulaire portant une peau tendue à sa base. Deux grandes portions d'une tige de bambou se dressent en se faisant face et se rejoignent de chaque côté d'un tube constitué par la tige complète du bambou d'un diamètre de 3 cm à peu près. Ceci constitue la tête de l'instrument qui accueille une cheville. L'unique corde en métal (ektara veut dire à 1 corde) est attachée à la base de l'instrument au centre de la peau et se tend à l'aide de la cheville.
On joue de cet instrument en faisant de rapides va et vient avec un doigt tout en faisant varier la hauteur de note de temps en temps en pressant les deux tiges de bambou. C'est un instrument dont la fonction est de faire résonner une note fondamentale sur laquelle on pourra chanter comme avec une tampoura ou un shruti box. Pour comprendre l'origine de cet instrument, il faut savoir que depuis toujours de nombreux adivasis, moines errants, fous de Dieu sillonnent l'Inde à pieds en chantant le nom de Dieu sans avoir aucune possession matérielle. Cet instrument leur permettait d'avoir à la fois une note fondamentale sur laquelle appuyer leur chant et une rythmique produite par la plus ou moins grande vitesse et régularité avec lesquelles le doigt actionnait la corde.
Instrument idéal pour le chant répétitif, chant de mantras, transe et pour la musique intuitive.


3. TAMPOURA ANCIENNE
La Tampoura est l'instrument qui maintient en bourdon constant la tonique dans toute la musique Indienne. Elle possède 4 à 6 cordes. Son rôle est fondamental pour la constitution de l'atmosphère sonore d'un raga. La répétition régulière de microtons définit le champ où va s'opérer l'improvisation du soliste.
Ce modèle date du XIXe siècle. Son décor en os est gravé de motifs floraux.


4. TABLAS
Le Tabla est la percussion emblématique de la musique classique indienne, caractérisé par la grande richesse de ses frappes multiples qui permettent le déploiement d'une musique tout en finesse. Il se compose de 2 fûts: le bayan, en métal; et le dayan, en bois dur. Une peau de chèvre est tendue sur chaque fût à l'aide de lanières en peau naturelle. La pastille noire, au centre de la peau, permet de modifier la tonalité et le timbre produits lors de la frappe.


5. SITAR
Le Sitar est un instrument à cordes de la famille des luths très répandu en Inde du Nord. Il mesure 1,2 m de longueur environ et comporte une caisse de résonance piriforme profonde en bois et en calebasse, un manche en bois, long, large et évidé, des chevilles frontales et latérales, et vingt frettes arquées mobiles. Le Sitar est généralement muni de cinq cordes mélodiques métalliques, d'une ou deux cordes métalliques servant aux variations rythmiques en bourdon et de neuf à treize cordes métalliques sympathiques placées sous les frettes dans le manche qui sont accordées sur les notes du raga qui est joué. Les frettes, convexes, sont fixées par des liens tendus le long du manche, ce qui permet de les déplacer en fonction des besoins. De nos jours, il est l'instrument dominant dans la musique de l'Inde du Nord ; il est utilisé comme instrument soliste avec le tambura (luth à bourdon) et les tambours tabla, dans des ensembles, ainsi que pour les kathaks (drames dansés) de l'Inde du Nord.


6. SHANKHS
Le Shankh est un instrument traditionnel d'Inde. C'est une trompe en conque naturelle, utilisée lors de cérémonies. Elle se joue à la manière des instruments occidentaux de la famille des cuivres. Le son est produit grâce à la vibration des lèvres du musicien dans l’embouchure. C’est un instrument que l’on retrouve dans beaucoup de parties du monde. Les Shankhs présentés ici sont ornés de feuilles d’alliage d’argent.


7. SHRUTI BOX
Le Shruti Box fait partie de la famille des Harmoniums et joue un rôle similaire à celui de la Tampoura en musique indienne, c'est-à-dire qu'il produit un bourdon (une note fixe) servant de base à un morceau. Outre la musique indienne, le Shruti Box peut servir de basse continue pour tous types de musiques, notamment folkloriques, traditionnelles et médiévales. Le boîtier en bois contient un jeu d'anches métalliques. Un système de clapets permet de choisir la ou les notes que l'on désire entendre, et ainsi de composer des accords. Pour faire pénétrer l'air dans l'instrument et faire jouer le bourdon, il suffit de libérer les façades avant et arrière à l'aide des crochets de fermeture, puis d'actionner le soufflet avec la main, lentement et régulièrement.


8. SANTOOR
Le Santoor est un instrument à cordes frappées (ou martelées) d'origine Perse, encore très largement joué aujourd'hui en Inde. Il est constitué d'une caisse trapézoïdale en bois dur avec une table d'harmonie en bois plus tendre. Deux petites ouïes en rosace ainsi qu'une ouverture ronde dans une éclisse permettent une bonne diffusion du son.


9. ESRAJ
L’Esraj, surnommé "violon d'Inde" est une judicieuse combinaison du Sarangi et du Sitar. Son manche fretté, identique à celui du Sitar, permet de jouer en reproduisant un son proche de celui du Sarangi, grâce à son archet, mais avec plus de facilité.


10. SARANGI
Ce Sarangi traditionnel indien est un modèle classique monoxyle en bois massif, équipé de 3 cordes principales en boyau naturel. Il possède également 11 cordes sympathiques, appelées "tarafs", réparties sur 2 chevalets (5 & 6 cordes); ainsi que 25 autres cordes sympathiques traversant le chevalet en os. La table d'harmonie est constituée d'une peau naturelle et le manche de l'instrument est gravé de motifs décoratifs en os.


En partenariat avec le magasin Pick & Boch, Lyon.

Haut de la page