Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Décembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Artistes invités

Julien
Behr

Ténor

Portrait de Julien Behr
©
© Eric Mercier

Julien Behr

Né à Lyon en 1982, Julien Behr est nommé «Révélation artiste lyrique» de l’Adami en 2009 et fait partie des trois nommés dans la catégorie «Révélation artiste lyrique» aux Victoires de la musique classique 2013.

Il entre dès l’âge de six ans à la Maîtrise de la Primatiale Saint-Jean de Lyon, où il suit une formation musicale en horaires aménagés. Titulaire d’un master de droit des affaires à l’université Lyon III, il abandonne ses projets de carrière d’avocat pour se consacrer à plein temps à la musique. En 2010, il achève ses études au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon avec un premier prix. Il travaille depuis lors avec Cécile de Boever.

En 2009, il fait ses débuts internationaux au Festival d’Aix-en-Provence dans le rôle d’Orphée (Orphée aux Enfers). Depuis lors, on a pu l’entendre en Tamino (La Flûte enchantée) à Rouen et Saint- Gall, Ferrando (Così fan tutte) à Nancy, Arbace (Idomeneo) à la Mozartwoche de Salzbourg, Aci (Aci and Galatea de Haendel) à Aix-en-Provence et à la Fenice de Venise, Nathanaël (Les Contes d’Hoffmann) au Theater an der Wien de Vienne, Gonzalve (L’Heure espagnole) au Barbican Center de Londres, Camille de Rossillon (La Veuve joyeuse) à Avignon et Antonin (Ciboulette) à l’Opéra-Comique. En concert, il s’est notamment produit avec les Musiciens du Louvre-Grenoble, les Arts florissants, l’Orchestre symphonique de la BBC à Londres, l’Orchestre du Mozarteum à Salzbourg, l’Akademie für Alte Musik de Berlin, sous la baguette de chefs tels qu’Alain Altinoglu, René Jacobs, Marc Minkowski, Josep Pons, Jérémie Rhorer et Sébastien Rouland.

Il participe en 2013 aux festivités du centenaire du Théâtre des Champs-Élysées (Pénélope de Fauré).

Né à Lyon en 1982, Julien Behr est nommé «Révélation artiste lyrique» de l’Adami en 2009 et fait partie des trois nommés dans la catégorie «Révélation artiste lyrique» aux Victoires de la musique classique 2013.

Il entre dès l’âge de six ans à la Maîtrise de la primatiale Saint-Jean de Lyon, où il suit une formation musicale en horaires aménagés. Titulaire d’un master de droit des affaires à l’université Lyon III, il abandonne ses projets de carrière d’avocat pour se consacrer à plein temps à la musique. En 2010, il achève ses études au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon avec un premier prix. Il travaille depuis lors avec Cécile de Boever.

En 2009, il fait ses débuts internationaux au Festival d’Aix-en-Provence dans le rôle d’Orphée (Orphée aux Enfers). Depuis lors, on a pu l’entendre en Tamino (La Flûte enchantée) à Rouen et Saint- Gall, Ferrando (Così fan tutte) à Nancy, Arbace (Idomeneo) à la Mozartwoche de Salzbourg, Aci (Aci and Galatea de Haendel) à Aix-en-Provence et à la Fenice de Venise, Nathanaël (Les Contes d’Hoffmann) au Theater an der Wien de Vienne, Gonzalve (L’Heure espagnole) au Barbican Center de Londres, Camille de Rossillon (La Veuve joyeuse) à Avignon et Antonin (Ciboulette) à l’Opéra-Comique. En concert, il s’est notamment produit avec les Musiciens du Louvre-Grenoble, les Arts florissants, l’Orchestre symphonique de la BBC à Londres, l’Orchestre du Mozarteum à Salzbourg, l’Akademie für Alte Musik de Berlin, sous la baguette de chefs tels qu’Alain Altinoglu, René Jacobs, Marc Minkowski, Josep Pons, Jérémie Rhorer et Sébastien Rouland.

Il participe en 2013 aux festivités du centenaire du Théâtre des Champs-Élysées (Pénélope de Fauré).

Haut de la page