Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Artistes invités

Julien
Leroy

Direction

©
David Duchon-Doris

Julien Leroy

Premier prix des Talents Adami chefs d’orchestre en 2014, Julien Leroy a été chef assistant de l’Ensemble Intercontemporain de 2012 à 2015 et a dirigé l’EIC à Paris (Philharmonie et Bouffes du Nord), Bruxelles, Rotterdam, au Mexique, en Allemagne, Pologne, Italie… Il a assisté Susanna Mälkki à l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian, puis pour la création de Trompe-la-Mort (Francesconi) à l’Opéra de Paris en 2016/2017.

Outre ses liens privilégiés avec l’Orchestre national d’Île-de-France et l’Orchestre national de Lorraine, il a dirigé de nombreuses autres phalanges françaises et étrangères (Orchestre de la Suisse romande, Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, Nouvel Orchestre philharmonique du Japon et Orchestre symphonique de Tokyo notamment). Co-fondateur du Paris Percussion Group, il a été l’assistant de Pierre Boulez (2012, 2013), puis de Sir Simon Rattle (2014) et Esa-Pekka Salonen (2015) à l’Académie du Festival de Lucerne.

En 2017, il relève un défi tant musical que théâtral avec la création de Kein Licht, un «Thinkspiel» de Philippe Manoury porté par l’Opéra-Comique et coproduit par la Ruhrtriennale, les Berliner Festspiele, les Théâtres de la Ville de Luxembourg,  le Théâtre national de Croatie, le festival Musica Strasbourg et l’Ircam.

Violoniste de formation, Julien Leroy s’est initié à la direction d’orchestre auprès de Konrad von Abel à la Celibidache-Stiftung de Munich, puis auprès d’Adrian McDonnell à Paris. Il a suivi les cours d’interprétation de Valery Gergiev, Kurt Masur, Jorma Panula et Daniel Harding, puis approfondi le répertoire contemporain auprès de Pierre Boulez et Laurent Cuniot. Il enseigne la direction d’orchestre au Conservatoire à rayonnement régional de Metz depuis 2010. Il s’engage également en faveur de Démos (Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale), qu’il contribue à développer depuis l’origine en Île-de-France et en Lorraine.

Haut de la page