Aller au contenu principal

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

Février

CITATIONS

09/02/2020 - 16h

Noir90

Février

AFTERWORK #2

14/02/2020 - 19h

L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29  
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Artistes invités

Les
Balochiens

Les Balochiens
©
©DR

Les Balochiens

Yannick Jamin, chant et guitare
Nicolas Joseph, chant et accordéon
Catherine Masson, chant et violon
Yvan Krivokapic, chant et percussion
Jean-Louis Cianci, contrebasse
Nicolas Boudou, batterie
Léo Jeannet, trompette
Adélaïde Songeons, trombone

Les Balochiens naissent dans le milieu des cafés-concerts parisiens (re)florissant dans les années quatre-vingt-dix, à l’instar de groupes comme Les Ogres de Barback, La Tordue ou encore Têtes raides. Chanson néo-réaliste et accordéon connaissent alors un regain d’intérêt : Yannick Jamin (La Djipe qui Swingue), Yvan Krivokapic (Les Ongles noirs) et Nicolas Joseph prennent l’habitude de se retrouver tard dans la nuit, après leurs concerts respectifs, pour improviser sur des reprises du répertoire traditionnel du bal.

Tout s’accélère soudain en 2000 : à l’ère où la mesure binaire règne sans partage sur la chanson française, ces trois trublions, bientôt rejoints par Catherine Masson et Jean-Louis Cianci, s’organisent et vont porter comme un étendard leur ternaire tournoyant aux quatre coins de la France. Tandis que l’électronique colonise toutes les musiques, musette comprise, le bal revient sur le devant de la scène et réunit sur la piste toutes les générations, qui retrouvent le plaisir des danses traditionnelles. S’inscrivant dans cette longue tradition, les Balochiens proposent leur bal revisité de salles de mariages en festivals, de fêtes de villages en fêtes de quartiers.

En 2017, sans rien perdre de la vitalité et du don d’adaptation qui le caractérise, l’ensemble évolue et s’agrandit encore, proposant à présent un nouvel univers sonore accueillant batterie (Nicolas Boudou), cuivres (Léo Jeannet et Adélaïde Songeons) et chœurs féminins. 

Haut de la page