Skip to main content

triangle noir déscendant

Artistes invités

Vladimir
Jurowski

Direction

Vladimir Jurowski en concert
©
Vladimir Jurowski © Karen Robinson

Vladimir Jurowski

Né à Moscou, et fils du chef d’orchestre Mikhaïl Jurowski, Vladimir Jurowski a fait la première partie de ses études musicales au Conservatoire de sa ville natale. En 1990, il s’est installé avec sa famille en Allemagne, où il a poursuivi ses études aux Hochschulen de Dresde et Berlin, étudiant la direction auprès de Rolf Reuter et la préparation vocale avec Semion Skiguine. En 1995, il a fait ses débuts internationaux au Festival de Wexford, dirigeant La Nuit de mai de Rimski-Korsakov. La même année, il a fait de brillants débuts à l’Opéra royal de Covent Garden (Londres) dans Nabucco. En 1996, il a rejoint l’équipe de la Komische Oper de Berlin, devenant premier Kapellmeister en 1997 et continuant d’y travailler de manière permanente jusqu’en 2001.

Depuis 1997, Vladimir Jurowski est l’invité des plus grandes institutions musicales mondiales, notamment l’Opéra royal de Covent Garden, la Fenice à Venise, l’Opéra-Bastille à Paris, le Théâtre de la Monnaie à Bruxelles, le Mai musical florentin, le Festival Rossini de Pesaro, le Festival d’Édimbourg, la Semperoper de Dresde et le Teatro Comunale de Bologne (où il a été premier chef invité de 2000 à 2003). En 1999, il a fait ses débuts au Metropolitan Opera de New York dans Rigoletto.

En janvier 2001, Vladimir Jurowski a pris ses fonctions de directeur musical du Festival d’opéra de Glyndebourne, et en 2003 il a été nommé premier chef invité de l’Orchestre philharmonique de Londres, devenant chef principal de cet orchestre en septembre 2007. Il est également «artiste principal» de l’Orchestre de l’Âge des Lumières, et de 2005 à 2009 a été premier chef invité de l’Orchestre national de Russie, avec lequel il continue de travailler régulièrement.

Vladimir Jurowski est l’invité des plus grandes formations mondiales, notamment les Orchestres philharmoniques de Berlin et Oslo, l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre symphonique de la Radio de Berlin, l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, la Staatskapelle de Dresde, et aux États-Unis l’Orchestre philharmonique de Los Angeles et l’Orchestre de Philadelphie. Parmi ses concerts marquants des derniers mois, citons ses débuts avec l’Orchestre philharmonique de Vienne, l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre symphonique de San Francisco et l’Orchestre de chambre Gustav-Mahler, et des retours au pupitre de l’Orchestre symphonique de Chicago, de l’Orchestre de chambre d’Europe, de l’Orchestre philharmonique de Berlin, de l’Orchestre du Concertgebouw, de l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg, de l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich, de l’Orchestre de l’Académie Sainte-Cécile de Rome, de la Staatskapelle de Dresde et de l’Orchestre de Philadelphie.

Parmi ses apparitions à l’opéra, on remarque Jenufa, La Dame de pique et Hänsel et Gretel au Metropolitan Opera, Parsifal et Wozzeck à l’Opéra national du Pays de Galles, Guerre et Paix à l’Opéra national de Paris, Eugène Onéguine à la Scala de Milan, ainsi que La Flûte enchantée, La Cenerentola, Otello, Macbeth, Falstaff, Tristan et Isolde, Don Giovanni, The Rake’s Progress et Amour et autres démons de Péter Eötvös à l’Opéra de Glyndebourne. Parmi ses engagements futurs figurent des nouvelles productions des Maîtres chanteurs de Nuremberg et de La Petite Renarde rusée à Glyndebourne, de La Femme sans ombre au Metropolitan Opera, de Rousslan et Lioudmila au Théâtre Bolchoï de Moscou et de Iolanta à la Semperoper de Dresde.

La discographie de Jurowski inclut le premier enregistrement mondial de la cantate Exil de Giya Kancheli chez ECM (1994), L’Étoile du Nord de Meyerbeer chez Naxos-Marco Polo (1996), Werther chez BMG (1999), ainsi que des enregistrements de concert d’œuvres de Rachmaninov, Turnage, Tchaïkovski, Britten, Brahms et Chostakovitch sous le label de l’Orchestre philharmonique de Londres, et de Fiançailles au couvent de Prokofiev sous celui de l’Opéra de Glyndebourne. Il a également fait des disques chez PentaTone avec l’Orchestre national de Russie, notamment la Troisième Suite de Tchaïkovski et le Divertimento du Baiser de la fée de Stravinsky, les Première et Sixième Symphonies de Chostakovitch, la Cinquième Symphonie de Prokofiev et la musique de scène de Hamlet de Tchaïkovski. Glyndebourne a publié des enregistrements en DVD de représentations de La Cenerentola, Gianni Schicchi, La Chauve-Souris et Le Chevalier avare de Rachmaninov ; parmi ses autres DVD récents, citons encore Hänsel et Gretel au Metropolitan Opera et son premier concert en tant que premier chef de l’Orchestre philharmonique de Londres, dans des œuvres de Wagner, Berg et Mahler (Medici Arts).

Images

Haut de la page