Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

Orchestre national de Lyon

SOL GABETTA / ALAN GILBERT

27/01/2018 - 18h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Saison 2015-2016

Benjamin
Chénier

Violon

©
David Duchon-Doris

Benjamin Chénier

Après des études de violon à Aix-en-Provence, Benjamin Chénier se tourne vers la pratique du répertoire ancien au Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon (CNSMD) avec Odile Édouard et à l’ESMUC de Barcelone dans la classe de Manfred Kramer.

Appelé comme premier violon et chambriste par les Folies françoises (Patrick Cohën-Akenine), les Nouveaux Caractères (Sébastien d’Hérin), Gli Incogniti (Amandine Beyer), la Simphonie du Marais (Hugo Reyne), l’Ensemble Jacques-Moderne (Joël Suhubiette), le Centre de musique baroque de Versailles, la Fenice (Jean Tubery), les Ombres, la Rêveuse… et participant fréquemment aux productions du Concert spirituel (Hervé Niquet), du Concert d’Astrée (Emmanuelle Haim), du Poème harmonique (Vincent Dumestre)…, il enregistre de nombreux disques et émissions de radio avec ces ensembles.

Titulaire du certificat d’aptitude aux fonctions de professeur, Benjamin Chénier a également dirigé des académies d’orchestre (Moulin d’Andé, Orchestra Barroca de Malaga, Orchestre de l’École supérieure de Porto) et enseigné dans plusieurs conservatoires français.

Passionné par la musique du XVIIe siècle, il s’est investi, depuis son expérience comme violon solo de l’Académie baroque européenne d’Ambronay sous la direction de Gabriel Garrido, dans une série de recherches et d’expériences à propos de la pratique de la diminution, des «instruments d’ornement» dans la basse continue et de la musique vocale italienne et vénitienne en particulier. Recherches accueillies par la Fondation Royaumont en 2015.

Haut de la page