Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Saison 2015-2016

Ildikó
Komlósi

Mezzo-soprano

©
David Duchon-Doris

Ildikó Komlósi

La mezzo-soprano hongroise Ildikó Komlósi a étudié la musique à l’Académie Franz-Liszt de Budapest et s’est perfectionnée dans des cursus spécialisés à la Scala de Milan et à la Guildhall School of Music de Londres. Elle a triomphé en 1986 au Concours international Pavarotti et fait ses débuts internationaux dans le Requiem de Verdi, aux côtés de Luciano Pavarotti et sous la direction de Lorin Maazel.

Par la suite, sa carrière a rapidement gagné les grandes scènes internationales. Après ses débuts à l’Opéra de Francfort et à l’Opéra de Vienne, elle a chanté en 1990 pour la première fois à la Scala. Au cours des années suivantes, son talent a conquis l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud et l’Extrême-Orient. Elle est l’invitée régulière du Metropolitan Opera de New York, de l’Opéra royal de Covent Garden à Londres, de la Scala, de la Deutsche Oper de Berlin, de la Staatsoper de Bavière à Munich, de l’Opéra métropolitain de Tokyo, de la Semperoper à Dresde et des principaux théâtres italiens.

Parmi ses succès, citons Amneris dans Aida pour l’ouverture de la saison de la Scala en 2006, dans une mise en scène de Zeffirelli et sous la direction de Riccardo Chailly, et à Covent Garden, dans une mise en scène de Robert Wilson et sous la direction d’Antonio Pappano. Dans les cinq dernières années, elle a été invitée à chaque édition du festival des Arènes de Vérone, où elle a incarné notamment Carmen, Amneris, Santuzza (Cavalleria rusticana), Laura (La Gioconda). En 2006, elle a reçu en compagnie de José Cura le prix des Arènes. En 2009, elle a chanté Santuzza avec un grand succès au Met.

Judit est l’un de ses rôles fétiches. Elle l’a incarné sur les plus grandes scènes, de Los Angeles à Shanghai en passant par Rome, Londres et bien sûr par Budapest, et au disque dans l’enregistrement du Château de Barbe-Bleue dirigé par Iván Fischer (Philips).

Haut de la page