Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Décembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Saison 2015-2016

Lang
Lang

Piano

Lang Lang
©
© Harald Hoffmann

Lang Lang

Lang Lang, piano

S’il n’y avait qu’un mot pour décrire Lang Lang – le musicien, l’homme, sa vision du monde, ceux qui le côtoient – ce serait «inspiration». Un mot qui, à la manière d’un motif musical, résonne dans l’ensemble de sa vie et de sa carrière. Son jeu généreux et rempli d’émotions inspire des millions de gens, que ce soit lors de récitals intimes ou lors de spectacles grandioses, tel le concert de clôture de la Coupe du monde de football 2014 à Rio, avec Plácido Domingo ; la 56e cérémonie des Oscars, où il s’est produit avec le groupe Metallica ; la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin en 2008, où plus de quatre milliards de personnes l’ont vu jouer à la télévision ; ou encore le concert du 200e anniversaire de la naissance de Franz Liszt, transmis en direct dans plus de 500 cinémas aux États-Unis et en Europe. Lang Lang a noué des collaborations régulières avec des artistes éminents, des chefs d’orchestre de la trempe de Daniel Barenboim, Gustavo Dudamel et Simon Rattle comme des artistes qui dépassent les frontières de la musique classique, tels que le danseur de dubstep Marquese «nonstop» Scott, le crooner Julio Iglesias ou le géant du jazz Herbie Hancock. Il n’en oublie pas pour autant son inspiration première, toujours présente : les grands artistes, et surtout les grands compositeurs tels que Liszt et Chopin, dont il se plaît à communiquer la musique.

Originaire de Shenyang, Lang Lang a donné son premier concert à cinq et est entré à neuf ans au Conservatoire central de Pékin. Il est parti ensuite pour le Curtis Institute de Philadelphie, où il a été l’élève de Gary Graffman. Sa carrière a éclaté lorsqu’à dix-sept ans il a remplacé Andre Watts dans le concerto de Tchaïkovski avec l’Orchestre symphonique de Chicago.

Salué par le New York Times comme «l’artiste le plus ébouriffant de la planète de la musique classique», il a joué à guichet fermé dans toutes les grandes métropoles mondiales et a été le premier Chinois engagé par les Orchestres philharmoniques de Vienne, Berlin et New York. Le Time Magazine l’a inclus dans le «Time 100», la liste annuelle qu’il dresse des 100 personnalités les plus influentes au monde, le désignant comme le symbole de la jeunesse de Chine et de son futur. Lang Lang est l’ambassadeur des villes de Shenzhen et Shenyang.

Haut de la page