Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

VISITE GUIDEE

27/01/2018 - 14h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

Orchestre national de Lyon

SOL GABETTA / ALAN GILBERT

27/01/2018 - 18h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Saison 2015-2016

Richard
Goode

Piano

Richard Goode
©
©Steve Riskind

Richard Goode

Originaire de New York, et reconnu dans le monde entier comme l’un des meilleurs spécialistes du répertoire classique et romantique, Richard Goode séduit par le pouvoir d’émotion et la profondeur de son jeu. Il joue avec les plus grands orchestres, donne des récitals dans les principales métropoles et, grâce au succès de ses nombreux enregistrements chez Nonesuch, séduit un vaste public.

Au cours de la saison 2015/2016, Richard Goode joue avec l’Orchestre de chambre de Los Angeles et Jeffrey Kahane, l’Orchestre de Paris et Herbert Blomstedt, l’Orchestre symphonique de Cincinnati et David Zinman, entre autres. Récitaliste accompli, il se produit au Lincoln Center de New York, au Royal Festival Hall de Londres, ainsi qu’à Budapest, Chicago, Cleveland, Denver, Dublin, Gênes, Glasgow, Kansas City, Philadelphia, San Francisco, Vancouver et Washington.

Au cours de la saison 2014/2015, Richard Goode a joué au concert d’ouverture du Mostly Mozart Festival au Lincoln Center et donné cinq concerts au Carnegie Hall de New York. Il a joué en soliste avec l’Orchestre symphonique de Boston et Andris Nelsons, l’Orchestre philharmonique de Los Angeles… Il a donné des récitals au Concertgebouw d’Amsterdam, au Wigmore Hall de Londres, à Boston, Philadelphie et dans d’autres salles majeures des États-Unis et d’Europe. Auparavant, il s’est fait remarquer en jouant les trois dernières sonates de Beethoven en un seul concert, notamment à New York, Londres et Berlin. À propos du concert au Carnegie Hall, le New York Times a salué «des lectures majestueuses, profondes… De bout en bout, le jeu de M. Goode était naturel et inspiré, les thèmes nobles et introspectifs se déployant avec une simplicité qui dégageait la plus grande émotion».

Haut de la page