Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Décembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Saison 2017-2018

Anna Caterina
Antonacci

Soprano

Anna Caterina Antonacci
©
© Pierre Grosbois

Anna Caterina Antonacci

Reconnue comme une des meilleures sopranos de sa génération pour la beauté de sa voix et la puissance de son expression, Anna Caterina Antonacci a remporté plusieurs concours prestigieux, notamment Voix verdiennes en 1988, le Concours Maria-Callas et le Concours Pavarotti.

Après avoir servi les opéras les plus brillants de Rossini dans ses premières années, elle s’est dirigée vers ses ouvrages sérieux, notamment Mosè in Egitto, Semiramide, Elisabetta, regina d’Inghilterra et Ermione. Elle a ensuite abordé les reines de Donizetti et Donna Elvira de Don Giovanni, Elettra d’Idomeneo, Vitellia de La clemenza di Tito, puis a chanté Armide de Gluck sous la direction de Riccardo Muti et dans la mise en scène de Pier Luigi Pizzi pour l’ouverture de la saison 1996/1997 de la Scala de Milan.

En 2003, Anna Caterina Antonacci a triomphé en Cassandre dans Les Troyens au Châtelet avec John Eliot Gardiner et commencé a abordé le répertoire français, avec notamment La Juive et Carmen à Covent Garden (Londres) avec Antonio Pappano et à l’Opéra-Comique (Paris) avec Gardiner.

L’année 2013 a été marquée par sa première Voix humaine de Poulenc et deux concerts notables : Pénélope de Fauré et Sigurd de Reyer. Elle a chanté ensuite Carmen à Covent Garden aux côtés de Roberto Alagna, Les Troyens à la Scala, sa première Iphigénie en Tauride au Grand Théâtre de Genève et la création mondiale La Ciociara, opéra de Marco Tutino commandé pour elle par l’Opéra de San Francisco. La saison 2016/2017 l’a vue à la Staatsoper de Hambourg (Iphigénie en Tauride), à l’Opéra de Paris (Sancta Susanna), au Liceu de Barcelone (Werther), à la Monnaie de Bruxelles (Pénélope), à l’Opéra de San Francisco (La Voix humaine), au Teatro Real de Madrid (Gloriana) et à la Staatsoper de Vienne (Les Troyens).


Prochainement

Baldur Brönnimann ©
© Joao Messias

Orchestre national de Lyon

La Voix humaine

  • vendredi 02 mars à 20h
Haut de la page