Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Décembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

L'équipe de restauration

Les travaux ont été réalisés d’avril à novembre 2013 sous la conduite de Michel Gaillard (Manufacture Aubertin).

Michel Gaillard

Après des études secondaires et des études musicales au conservatoire de Mulhouse, Michel Gaillard entre comme apprenti chez le facteur d’orgues Christian Guerrier, puis est engagé en 1979 par Bernard Aubertin, auquel il doit l’essentiel de sa formation de facteur d’orgues. Au sein de la Manufacture Aubertin, il est chargé des travaux de restauration, reconstruction, relevage et entretien. Il travaille d’abord seul, avec l’aide ponctuelle de compagnons de la Manufacture ; puis, devant le nombre croissant de restaurations à faire sur site, Bernard Aubertin crée en 1996 une section spécialisée « Restaurations – Relevages – Entretiens », où sont affectés d’autres employés de la Manufacture (aujourd’hui Christophe Cailleux et Samuel Pinzler). Michel Gaillard assiste également Bernard Aubertin lors de l’achèvement des orgues neufs (coupe au ton, accord général, harmonisation notamment).

Michel Gaillard est l’artisan de restaurations prestigieuses, notamment sur les orgues de Saint-Nicolas-du-Chardonnet (Paris), de Roanne (Loire), de Saint-Laurent à Orléans (Loiret), de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port (Meurthe-et-Moselle), de Notre-Dame, Queuleu, Saint-Eucaire et Saint-Maximin à Metz, de Château-Salins, Forbach, Freyming, Nilvange, Scy-Chazelles et Yutz (Moselle), de la cathédrale de Boulogne-sur-Mer et de Marquise (Pas-de-Calais), de Bergheim, Cernay, Guémar, Kintzheim, Thann et Zillisheim (Haut-Rhin), et d’orgues au Grand-Duché de Luxembourg et en Écosse.

La Manufacture Aubertin

Créée en 1978, l’entreprise est installée dans un ancien prieuré fondé en 1137 dans le village de Courtefontaine, à mi-chemin entre Dole et Besançon. Elle emploie, en moyenne, une douzaine de personnes qui pratiquent une facture artisanale et traditionnelle. Bernard Aubertin, fondateur et directeur de la société, conçoit, dessine et harmonise lui-même ses instruments. II a enseigné durant un cycle d’apprentissage au CNFA d’Eschau de 1990 à 1993. En 1994 il a obtenu le grand prix Crédit du Nord – Vieilles Maisons françaises pour la restauration des bâtiments du prieuré et, en 1995, le ministère de la Culture lui a décerné le titre de maître d’art en facture d’orgues. Nommé docteur honoris causa par l’université d’Aberdeen en 2006, il est, à ce jour, le premier facteur d’orgues qui ait jamais obtenu ce titre en Grande-Bretagne. Il est chevalier de la Légion d’honneur.

Originaire de Moselle, Bernard Aubertin est l’un des maîtres les plus reconnus dans la conception et la réalisation d’orgues neufs ; il a construit de tels instruments en France, en Allemagne, en Suisse, en Grande-Bretagne, au Portugal, au Danemark et au Japon. Michel Gaillard a formé, avec Christophe Cailleux et Samuel Pinzler, une équipe autonome qui s’est spécialisée dans la restauration d’orgues des XIXe et XXe siècles, et notamment dans les orgues de facture pneumatique et électropneumatique.

Ont participé au chantier

Christophe Cailleux, Samuel Pinzler, Jérôme Stalter (Manufacture Aubertin) et Stéphane Guerrero, facteurs d’orgues, ainsi que l’équipe de la Manufacture Aubertin qui a réalisé, à l’atelier, les tuyaux neufs ;

Maxime Blaison et Franck Riva ;

Bernard et Michèle Baudouin (Aix-en-Provence), Vincent Buisse (Roanne), Rémi Bayon de Noyer, Justin Haffner et Yves Lafargue (Lyon), Sylvain Lauvergnat (Nancy), qui ont prêté main forte bénévolement mais avec une efficacité précieuse ;

Claire Delamarche, conservatrice de l’orgue, ainsi que les membres du personnel de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon (musiciens, membres du personnel administratif et technique) venus apporter leur aide ou leur soutien.

Haut de la page