Aller au contenu principal

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Bleu

Orgue

OLIVIER LATRY

08/10/2017 - 16h

Bleu

LE STYLE FRANCAIS

10/10/2017 - 18h30

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

date et heure

  • Dimanche 09 avril - 11h

durée

1 heure environ

Tarif

lieu

Grande salle

Hauts bois et bas sons

Programme

Gioachino Rossini Ouverture du Barbier de Séville — 8 min
Ludwig van Beethoven Symphonie n° 7, en la majeur, op. 92 — 40 min

résumé

Avant l’avènement de la radio et du disque, la transcription était le meilleur moyen de répandre les airs à la mode. Dans le cadre des Happy Days «Vive les vents», les musiciens de l’ONL poursuivent cette tradition en présentant, sous forme d’octuor à vent avec contrebasse, deux des partitions les plus vivifiantes du répertoire symphonique.


Dans le cadre des Happy Days #4, «Vive les vents».


commentaires

1 commentaire

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Dernier commentaire :

Très bon concert. Très agréable en fin de matinée et programme sympathique.

Le lundi 24 avril 2017
09:15:01

Voir les commentaires Laisser un commentaire

note de programme

Un programme vous est distribué gratuitement lors de votre entrée en salle.

Télécharger la noteflèche vers la droite pour indiquer lien de téléchargement

Les concerts associés

Orchestre d’harmonie de la Garde républicaine ©
© DR

Formations invitées

Orchestre d'harmonie de la Garde républicaine

  • dimanche 09 avril à 16h
Il est loin le temps où tambours, fifres et trompettes marchaient en...
Martin Fröst ©
© Mats Backer

Orchestre national de Lyon

Mozart : concerto pour clarinette

  • jeudi 16 mars à 20h
Stadler pour Mozart, Bärmann pour Weber, Mühlfeld pour Brahms : si la...
Trombones et sacqueboutes ©
© DR

Musiciens de l'ONL et leurs invités

Trombones et sacqueboutes

  • dimanche 23 avril à 11h
Du XVIe siècle au XVIIIe, vivons le passage de la sacqueboute à son...
Haut de la page