Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

PUTAIN DE GUERRE !

08/04/2018 - 16h

Noir90

Présentation de saison

PRESENTATION DE SAISON 2018/2019

24/04/2018 - 19h30

  • En savoir +
  • Réserver

    Nous n’avons actuellement plus de places disponibles pour ce concert, nos conseillers restent à votre disposition au 04.78.95.95.95

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Concerts hors les murs

Grenoble

Malher : Symphonie n4

Grenoble

date et heure

  • Vendredi 22 décembre - 20h30

durée

Environ 1h50

Tarif

  • Série 1 : 37
  • Série 2 : 35
  • Série 3 : 32
  • Série 4 : 13
  • En savoir +

lieu

MC2 Grenoble

Grenoble

Programme

Gustav Mahler Symphonie n° 4, en sol majeur — 55 min
Joseph Haydn Symphonie n° 7, en ut majeur, «Le Midi», Hob. I:7 — 21 min
Vakhtang Kakhidze Brüderschaft, pour alto, piano et orchestre à cordes — 23 min

résumé

La jeune et brillante Mirga Gražinytė-Tyla dirige la Quatrième symphonie du compositeur autrichien.

Les femmes chefs sont à l’honneur cette saison. Après Barbara Hannigan avec l’Orchestre philharmonique de Radio France, place à Mirga Gražinytė-Tyla, une Lituanienne de 30 ans devenue, ces dernières années, l’un des talents les plus prometteurs de la direction d’orchestre. Après avoir été assistante de l’Orchestre philharmonique de Los Angeles, elle vient d’être nommée à la tête de l’Orchestre symphonique de Birmingham, le même où a officié Sir Simon Rattle ! Mais à Grenoble, c’est avec l’Orchestre national de Lyon qu’elle se lancera dans la Quatrième symphonie de Mahler, la plus intime et la plus voluptueuse du compositeur. Cela tient à son effectif instrumental, plus resserré, mais aussi et surtout à la présence de la voix dans le finale de la symphonie. Un moment de grâce infini, avec ici la soprano Lydia Teuscher. En première partie seront données Bruderschaft pour alto, piano et orchestre à cordes du compositeur géorgien contemporain Vakhtang Kakhidze et laSymphonie n°7 « Le midi » de Haydn, avec son lever de soleil irradiant.


Haut de la page