Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

VISITE GUIDEE

27/01/2018 - 14h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

Orchestre national de Lyon

SOL GABETTA / ALAN GILBERT

27/01/2018 - 18h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube
François-Frédéric Guy
©
© Caroline Dourtre

durée

Environ 2h20

Tarif

  • Série 1 : 48 €
  • Série 2 : 34 €
  • Série 3 : 16 €
  • En savoir +

lieu

Grande salle

Réserver

Beethoven L'Empereur

Programme

Ludwig van Beethoven Concerto pour piano n° 5, en mi bémol majeur, op. 73, «L’Empereur» — 40 min
Dmitri Chostakovitch Symphonie n° 7, en ut majeur, op. 60, «Leningrad» — 75 min

résumé

«Chant de triomphe pour le combat ! Attaque ! Victoire !» : en marge du Cinquième Concerto pour piano, ces mots réaffirment l’engagement patriotique de Beethoven en 1809, alors que Napoléon est aux portes de la capitale autrichienne. Pour un tel ouvrage, il faut toute la fougue de François-Frédéric Guy, un pianiste rompu à l’art de Beethoven – il a enregistré l’intégrale de ses sonates et concertos, en plus de ses œuvres pour violoncelle et piano.
Cent trente ans plus tard, l’armée allemande envahit l’Europe. Après avoir réclamé son incorporation militaire puis officié en tant que piquet d’incendie, Chostakovitch doit fuir Leningrad assiégée. À défaut de porter un fusil, il confie à la musique le soin d’exprimer son héroïsme. «Guerre», «Souvenirs», «Les Grands Espaces de ma patrie» puis «Victoire» : par les sous-titres de ses quatre mouvements, la Septième Symphonie est un appel à la lutte. Résonant dans la ville assiégée, elle remonta le moral des combattants et impressionna l’ennemi ; malgré l’alerte des sirènes en plein concert, personne ne bougea de son siège. C’est Stanislav Kochanovsky, immédiatement réinvité par l’Orchestre national de Lyon après son succès en mars dernier (Smetana/Chopin/Bartók), qui livre cette bataille. Aucun doute qu’il mènera l’ONL à la victoire.


En écho à Parlons contre-pouvoir, week-end en préambule du festival Verdi de l’Opéra de Lyon.

propos d'avant concert

le jeudi à 19h, le samedi à 17h
(durée : 30 minutes). Bas-Atrium, entrée libre.

Propos animé par Florence Badol-Bertrand

note de programme

Un programme vous est distribué gratuitement lors de votre entrée en salle.

Télécharger la noteflèche vers la droite pour indiquer lien de téléchargement

Haut de la page