Aller au contenu principal

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube
Nicholas Angelich
©
© Stéphane de Bourgies

date et heure

  • Samedi 18 novembre - 18h

durée

Environ 1h30

Tarif

  • Série 1 : 48 €
  • Série 2 : 34 €
  • Série 3 : 16 €
  • En savoir +

lieu

Grande salle

Ravel / Bizet / Dutilleux

Programme

1er bis (Nicholas Angelich) : mouvement lent de la Sonatine de Maurice Ravel
2e bis (Nicholas Angelich et Jean-Yves Thibaudet) : «Berceuse», extraite de Dolly de Gabriel Fauré

Henri Dutilleux Symphonie n° 1 — 30 min
Maurice Ravel Concerto pour piano et orchestre en ré majeur, «Pour la main gauche» — 20 min
Georges Bizet Extraits des deux suites de L’Arlésienne — 20 min

résumé

«Les Français n’ont pas de musique et n’en peuvent avoir», écrivit Jean-Jacques Rousseau dans sa défense acharnée de la musique italienne. Bizet, Ravel et Dutilleux offrent une réponse cinglante au philosophe : associé au pianiste franco-américain Nicholas Angelich et au jeune chef Lionel Bringuier (actuel directeur du prestigieux Orchestre de la Tonhalle de Zurich), l’Orchestre national de Lyon nous dévoile en effet un splendide panorama national.
La révélation de ce programme est la Première Symphonie, qui montre le jeune Dutilleux encore perméable aux influences de Debussy, Ravel ou Bartók, et déjà si personnel… Quelle maîtrise dans cette constellation de formes que constituent les différents mouvements – passacaille, scherzo, intermezzo et grand finale avec variations !
Les suites tirées de la musique de scène de L’Arlésienne évoquent magnifiquement la Provence de Daudet, avec des morceaux aussi célèbres que la «Marche des Rois» ou la «Farandole».
Ce concert s'inscrit dans le cadre des célébrations du Centenaire de la Paix organisées par la Ville de Lyon. On ne s'étonnera donc pas d'y découvrir le Concerto pour la main gauche de Ravel, conçu pour un pianiste qui avait perdu son bras droit pendant la Grande Guerre. La partition déploie des caractères ambigus, avec des grondements rauques et inquiétants mais aussi des échappées ironiques vers la chanson populaire et les musiques extra-européennes.

Dans le cadre du Centenaire de la Paix.


Ce concert est donné dans le cadre du Festival de Musique Française

vidéos

propos d'avant concert

Propos d’avant-concert : 17h (durée : 30 minutes).
Bas-Atrium, entrée libre.

Propos animé par François-Gildas Tual

partenaires

note de programme

Un programme vous est distribué gratuitement lors de votre entrée en salle. 

Télécharger la noteflèche vers la droite pour indiquer lien de téléchargement

Haut de la page