Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

Orchestre national de Lyon

WINTER WONDERLAND

29/12/2018 - 18h

  • En savoir +
  • Réserver

    Nous n’avons actuellement plus de places disponibles pour ce concert, nos conseillers restent à votre disposition au 04.78.95.95.95

Noir90

Orchestre national de Lyon

WINTER WONDERLAND

31/12/2018 - 20h

  • En savoir +
  • Réserver

    Nous n’avons actuellement plus de places disponibles pour ce concert, nos conseillers restent à votre disposition au 04.78.95.95.95

Décembre 2018
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube
Portrait de Renaud Capuçon
©
Renaud Capuçon © Darmigny

durée

Environ 1h40

Tarif

  • Série 1 : 48 €
  • Série 2 : 34 €
  • Série 3 : 16 €
  • En savoir +

lieu

Grande salle

Réserver

Brahms, Concerto pour violon

Programme

Kaija Saariaho «Le Chasseur», extrait d’Orion — 5 min
Aaron Copland Appalachian Spring (suite d’orchestre) — 23 min
Johannes Brahms Concerto pour violon et orchestre en ré majeur, op. 77 — 40 min

résumé

«Un concerto contre le violon», selon le célèbre chef d’orchestre Hans von Bülow. Créé par le virtuose hongrois Joseph Joachim, l’un des meilleurs instrumentistes de son temps, le Concerto pour violon de Brahms compte parmi les plus difficiles techniquement de tout le répertoire. Pour l’avoir enregistré en compagnie de l’Orchestre philharmonique de Vienne, Renaud Capuçon en a démontré sa parfaite maîtrise ; mais la difficulté, loin de se réduire à une virtuosité exhibitionniste, se met au service de l’expression romantique et de phrases à la longueur enivrante.

Avant d’escalader cet Himalaya violonistique, Leonard Slatkin a choisi deux magnifiques pages orchestrales. En avril 2014, le public de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon découvrait Orion de Kaija Saariaho, une page maîtresse de la compositrice finlandaise, peinture de l’espace intersidéral dans sa beauté envoûtante, son énergie colossale, le mystère de son infinitude ; dans le cadre du fil rouge reliant cette saison les compositrices à travers les âges, l’ONL en donne ici le dernier volet, bouillonnant tableau peignant Orion en chasseur.

Avec Appalachian Spring, suite de concert extraite du ballet homonyme de Copland, Leonard Slatkin continue de transmettre avec passion sa culture d’outre-Atlantique. On ne se méprendra pas :spring signifie ici source, et non printemps. L’œuvre est comme un concentré exquis de l’Amérique. Une communauté de fermiers dans les collines de Pennsylvanie, vers 1830 : un jeune homme et une jeune fille sont confrontés «aux étranges et terribles aspects de la destinée humaine». Des pionniers et des Indiens, les souvenirs de l’esclavagisme et de la guerre civile, des personnages d’abolitionniste, de prêcheur ou de revivaliste : tout le petit monde rural de Pennsylvanie.


Avec le soutien de Musique Nouvelle en Liberté.


Abonnez-vous à partir de 4 concerts au choix !

propos d'avant concert

Jeudi à 19 heures
Durée : 30 minutes
Bas-atrium, entrée libre

note de programme

Un programme vous est distribué gratuitement lors de votre entrée en salle. Il sera téléchargeable ci-dessous quelques jours avant le concert.


Haut de la page