Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

Gratuit

CONCERT POUR LES ETUDIANTS

29/11/2018 - 20h

  • En savoir +
  • Réserver

    Nous n’avons actuellement plus de places disponibles pour ce concert, nos conseillers restent à votre disposition au 04.78.95.95.95

Novembre 2018
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

date et heure

  • Samedi 29 septembre - 18h

durée

environ 2h

Tarif

  • Série 1 : 48 €
  • Série 2 : 34 €
  • Série 3 : 16 €
  • En savoir +

lieu

Grande salle

Tchaïkovski, Concerto pour violon

Programme

Rodion Chtchédrine Deux Tangos d’Albéniz — 10 min
Piotr Ilyitch Tchaïkovski Concerto pour violon en ré majeur, op. 35 — 35 min
Lili Boulanger D’un matin de printemps — 5 min
Claude Debussy Printemps, suite symphonique — 16 min
Maurice Ravel Rapsodie espagnole — 20 min

résumé

Un puissant crescendo de l’orchestre, l’envolée soudaine d’un violon, comme improvisant, puis, naissant de ce jaillissement, un des plus beaux thèmes jamais écrits. Le Concerto pour violon de Tchaïkovski fait frémir les âmes romantiques ! Ce sera l’occasion de découvrir à Lyon un violoniste italien de 24 ans, Augustin Hadelich, propulsé au sommet par une moisson de prix prestigieux et, en 2016, la consécration par un Grammy Award du «Meilleur Soliste instrumental de l’année».

À la tête de l’Orchestre national de Lyon, on retrouve Juanjo Mena, actuellement en poste à l’Orchestre philharmonique de la BBC et régulièrement invité par les plus grands ensembles – tels les Orchestres philharmoniques de Berlin, New York ou Boston. D’origine espagnole, il croise les cultures, nous invite en Espagne avec deux transcriptions russes de tangos d’Albéniz, puis une rhapsodie aussi française qu’espagnole de Ravel. Outre une suite symphonique printanière de Debussy, on découvrira une pièce de Lili Boulanger qui s’inscrit doublement dans les fils rouges de notre saison – l’hommage aux compositrices et la célébration de la paix retrouvée il y a cent ans. Morte de tuberculose à l’âge de 24 ans le 15 mars 1918, soit dix jours avant Debussy, Lili Boulanger n’a pas connu le bonheur de l’armistice. Mais n’est-ce pas de paix que rêve D’un matin de printemps, achevé deux mois à peine avant la mort de la jeune fille, et à la verve si fragile qu’elle semble parfois traversée par toute la douleur du monde ?


Abonnez-vous à partir de 4 concerts au choix !

propos d'avant concert

17 heures
Durée : 30 minutes
Bas-Atrium, entrée libre.

note de programme

Un programme vous est distribué gratuitement lors de votre entrée en salle.

Programme du 29 septembre 2018flèche vers la droite pour indiquer lien de téléchargement

Haut de la page