Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

LEVER DE RIDEAU

22/12/2018 - 17h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

Noir90

Orchestre national de Lyon

WINTER WONDERLAND

29/12/2018 - 18h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

Noir90

Orchestre national de Lyon

WINTER WONDERLAND

30/12/2018 - 16h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

Noir90

Orchestre national de Lyon

WINTER WONDERLAND

31/12/2018 - 20h

  • En savoir +
  • Réserver

    Plus de places en ligne, merci de contacter le 04 78 95 95 95

Décembre 2018
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube
Lettres du mot cœur en feu.
©
© Julien Mignot

durée

Environ 1h50

Tarif

  • Série 1 : 48 €
  • Série 2 : 34 €
  • Série 3 : 16 €
  • En savoir +

lieu

Grande salle

Réserver

Tchaïkovski, Roméo et Juliette

Programme

Richard Wagner Prélude de Tristan et Isolde — 10 min
Felix Mendelssohn Bartholdy Concerto pour violon en mi mineur, op. 64 — 30 min
Piotr Ilyitch Tchaïkovski Roméo et Juliette, ouverture-fantaisie — 20 min
Alexandre Scriabine Le Poème de l’extase — 20 min

résumé

À chaque époque son hymne à l’amour. Pour célébrer la Saint-Valentin, l’Orchestre national de Lyon vous propose ses philtres les plus puissants ! Celui de Tristan et Iseult tout d’abord, qui ne fera pas oublier que la passion, dans l’opéra de Wagner, naît tout d’abord d’un simple regard plutôt que d’une potion magique. Celui de Roméo et Juliette ensuite : partagé entre la haine opposant les deux plus illustres familles de Vérone, et l’amour unissant les deux amants, le poème symphonique de Tchaïkovski est unifié par le terrible rythme de la mort inéluctable. «Si la musique est la pâture de l’amour», écrivait Shakespeare dans La Nuit des rois, «jouez encore, donnez-m’en jusqu’à l’excès en sorte que ma faim gavée languisse et meure.»

Nul besoin de recourir aux artifices d’un philtre pour ceux qui s’aiment vraiment. Il suffit de s’abandonner à la musique la plus romantique, la plus passionnée qui soit, tel le Concerto pour violon de Mendelssohn. Un thème qui n’en finit plus de chanter, amorcé dès les premières mesures par le soliste, de plus en plus haut et orné, de plus en plus puissant aussi avec la reprise de l’orchestre, au point d’en devenir irrésistible. Le mouvement lent ? D’une tendresse infinie. Le finale ? Victorieux comme tout être qui aime et se sait aimé. Le Poème de l’extase de Scriabine apporte au concert une fin en apothéose, dans un amour teinté de mysticisme : «L’esprit veut l’être absolu, l’extase», s’exclame le musicien russe. Et ce dernier de poursuivre son but par tout le pouvoir de son orchestre, jusqu’à la délivrance musicale dans une sorte d’abandon orgasmique enutmajeur demandé «avec une volupté de plus en plus extatique».

Nous retrouvons deux artistes qui ont déjà eu l’occasion de ravir le public de l’Auditorium : la jeune cheffe américaine Karina Canellakis, artisane en juin 2017 d’un programme espagnol vivifiant à la tête de l’ONL, et le violoniste allemand Frank Peter Zimmermann.


Abonnez-vous à partir de 4 concerts au choix !

propos d'avant concert

À 19 heures
Durée : 30 minutes
Bas-atrium, entrée libre

note de programme

Un programme vous est distribué gratuitement lors de votre entrée en salle. Il sera téléchargeable ci-dessous quelques jours avant le concert.


Haut de la page