Aller au contenu principal

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
Noir90

Septembre

YANN TIERSEN

23/09/2019 - 20h

  • En savoir +
  • Réserver

    Nous n’avons actuellement plus de places disponibles pour ce concert, nos conseillers restent à votre disposition au 04.78.95.95.95

L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

Octobre

Le Magicien d'Oz

Festival Lumière 2019

image du Magicien d'Oz
©
© DR

durée

environ 1h50

Tarif

lieu

Grande salle

Réserver

Le Magicien d'Oz

Programme

Le Magicien d’Oz (The Wizard of Oz) États-Unis, 1939, noir et blanc & couleurs (Technicolor), format 1.37 — 1h42

résumé

La jeune Dorothy (Judy Garland) vit paisiblement dans une ferme du Kansas, et n’a qu’un seul souci : la sinistre Miss Gulch (Margaret Hamilton) en veut à son chien, Toto. Elle s’enfuit avec Toto pour lui échapper, mais ils sont emportés par une tornade qui les emmène « over the rainbow », dans un pays magique, celui d’Oz. Elle y fait la rencontre de personnages étranges, un épouvantail (Ray Bolger), un homme en fer blanc (Jack Haley) et un lion peureux (Bert Lahr), avec lesquels elle part à la recherche du magicien, afin de pouvoir rentrer chez elle.

Quelques mois avant de tourner Autant en emporte le vent, Victor Fleming prend la relève de George Cukor – à l’initiative des deux films – et réalise, d'après le roman de L. Frank Baum, un  classique parmi les classiques pour enfants (de tous âges) : Le Magicien d’Oz.

Joyau de la comédie musicale, Le Magicien d’Oz est récompensé par deux Oscars : meilleure musique de film et meilleure chanson originale. Le célèbre Over the Rainbow, interprété par Judy Garland, permet la transition du monde réel en noir & blanc à celui d’un monde merveilleux en Technicolor.

Véritable parcours initiatique, qui rappelle Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, Le Magicien d’Oz conte le passage de l’enfance à l’âge adulte, et la perte des illusions. « La vanité de ce grand parcours semé d’embûches que l’on doit parfois s’imposer nous est révélée par la fée : il faut chercher ce que l’on désire dans notre jardin, si on ne le trouve pas là, ce n’est nulle part. » (Marie-Claude Floret, Jeune Cinéma n°206, février-mars 1991)

Ce film culte est devenu une référence pour de nombreux réalisateurs, Martin Scorsese, Sidney Lumet ou David Lynch.

Dans le cadre du festival Lumière


Haut de la page