Skip to main content

triangle noir déscendant

Auditorium - Orchestre National de Lyon

 
logo instagram
logo Facebook
logo Twitter
logo Youtube

L'Auditorium - ONL

L'orgue

Orgue de l'Auditorium
©
© David Duchon Doris

L'orgue

Aristide Cavaillé-Coll (1878)
Victor Gonzalez (1939)
Georges Danion/Société anonyme Gonzalez (1977)
Michel Gaillard/Manufacture Aubertin (2013)

130 ans d’histoire

Construit pour l’Exposition universelle de 1878 et le Palais du Trocadéro, à Paris, cet instrument monumental (82 jeux et 6500 tuyaux) fut la «vitrine» du plus fameux facteur d’orgues français, Aristide Cavaillé-Coll. Réinstallé en 1937 au palais de Chaillot par Victor et Fernand Gonzalez, il y a poursuivi son histoire prestigieuse : il a révélé au public le Concerto pour orgue de Francis Poulenc, les Requiem de Maurice Duruflé et Gabriel Fauré et des pages maîtresses de César Franck, Charles-Marie Widor, Charles Gounod, Marcel Dupré, Olivier Messiaen, Jehan Alain ou, plus récemment, Édith Canat de Chizy, Thierry Escaich ou Kaija Saariaho. 

Un instrument unique en France

Installé à Lyon en 1977 par Georges Danion, l’orgue fut confié tout d’abord au talent de Patrice Caire, décédé en 1992. Il connut ensuite un lent déclin. La résidence du compositeur et organiste Thierry Escaich, de 2007 à 2010, lui a rendu son rayonnement artistique, concrétisé aujourd’hui dans une programmation variée – concerts avec orchestre, musique de chambre, récitals, ciné-concerts, concerts éducatifs… L’orgue de l’Auditorium est à ce jour le seul grand orgue de salle de concert en France hors de Paris.

Une splendeur retrouvée

Le projet d’une restauration de l’orgue, déjà envisagé dans les années 1990, s’est imposé ces dernières années. Il s’agissait à la fois de procéder à la nécessaire rénovation des éléments techniques et sonores de l’instrument, qui commençaient à fatiguer, mais également de remédier à certains choix esthétiques contestables qui avaient été faits en 1977.  Michel Gaillard (manufacture Aubertin) a su rendre à l’instrument la poésie, la variété de couleurs et la cohérence qui lui faisaient défaut.

Images

Haut de la page