INFORMATION

Découvrez les dernières informations suite aux annonces du 14/10/20 et les mesures que nous prenons dans le contexte sanitaire actuel cliquant ici.

Nikolaj Szeps-Znaider

Directeur musical de l'Orchestre national de Lyon
En septembre 2020, Nikolaj Szeps-Znaider devient le septième directeur musical de l’Orchestre national de Lyon. Étape marquante dans une carrière internationale de premier plan, au sein de laquelle la baguette rejoint depuis plusieurs années l’archet.

Après une saison 2019/2020 où se sont déjà écrites de belles pages communes – le concert d’ouverture de saison, une tournée dans les principales salles russes –, Nikolaj Szeps-Znaider prend en 2020/2021 la direction musicale de l’Orchestre national de Lyon. Ce poste est la concrétisation d’une carrière de chef d’orchestre qui, depuis quelques années, monte irrésistiblement en puissance. Outre les liens étroits qu’il a tissés avec l’Orchestre symphonique de Londres, Nikolaj Szeps-Znaider est désormais l’invité régulier des plus grandes phalanges mondiales ; parmi ses prestations récentes et prochaines figurent des concerts avec l’Orchestre symphonique de Chicago, l’Orchestre de Cleveland, l’Orchestre philharmonique de New York, la Staatskapelle de Dresde et les Orchestres philharmoniques de Stockholm, Bruxelles et Oslo. 
Nikolaj Szeps-Znaider s’affirme également sur la scène lyrique. Après le succès éclatant de ses débuts à la Semperoper de Dresde dans La Flûte enchantée, il y a été immédiatement réinvité dans Le Chevalier à la rose à l’automne 2019. En 2020/2021, il fait ses débuts à l’Opéra royal du Danemark dans une nouvelle production de La Flûte enchantée.

Reconnu comme l’un des meilleurs violonistes au monde, Nikolaj Szeps-Znaider conserve un calendrier très dense de concerts en soliste et en récital. Lors de la saison 2018/2019, il a été artiste en résidence auprès de l’Orchestre symphonique de Vienne, se produisant au violon ou à la baguette lors de multiples projets, faisant notamment ses débuts de chef au Musikverein dans la Première Symphonie de Mahler. Il joue un Guarneri del Gesù de 1741, qui fut autrefois celui de l’illustre virtuose Fritz Kreisler et que lui prête à long terme le Théâtre royal du Danemark grâce à la générosité des Fondations Velux, du Fonds Villum et de la Fondation Knud-Højgaard.