INFORMATION

Tout est mis en œuvre pour vous accueillir dans les meilleures conditions. Cliquez ici pour plus d’informations

Aldo Romano

Batterie

Né en Italie en 1941, Aldo Romano arrive en France très jeune avec ses parents. Il commence bientôt à apprendre la guitare, avant de se mettre à la batterie. Sa carrière prend véritablement forme lorsqu’il commence à collaborer avec des musiciens du calibre de Don Cherry, en 1963. Comme Jean-François Jenny-Clark, qu’il rencontre à cette époque et dont il sera longtemps inséparable, il est engagé par Bernard Vitet qui forme, en 1964 avec François Tusques, l’une des premières formations européennes de free jazz.

Il enregistre avec Steve Lacy, Dexter Gordon et d’autres. Aux côtés de Joachim Kühn, il grave en 1967 Transfiguration et Impressions Of New York à l’occasion d’un voyage aux États-Unis. Dans les années 1970, il commence à expérimenter le rock, sous la forme surtout de genres dérivés comme le jazz fusion.

C’est à un jazz assez canonique que le batteur fait son retour au début des années 1980, au cours desquelles il travaille essentiellement en trio en compagnie de Michel Petrucciani ; il enregistre plusieurs disques avec lui, puis avec Philip Catherine (Transparence, 1986) et, enfin, avec Henri Texier et Éric Barret.

S’il vit en France, son amour pour l’Italie reste intact. En 1977, avec Jenny-Clark, il avait enregistré à Rome un album de duos autour de textes de Cesare Pavese. Il crée en 1988 un quartette avec trois autres représentants majeurs du jazz péninsulaire : Paolo Fresu, Franco D’Andrea et Furio Di Castri.

En 2001, il signe deux albums chez Universal : Because of Bechet et Threesome. En 2003, Claude Nougaro, avec qui il a composé plusieurs chansons dans les années 1880, le rappelle pour le projet La Note Bleue chez Blue Note. En 2004, il remporte le Jazzpar Prize.

Instrumentiste original et versatile, Romano donne sa pleine mesure dans le trio qu’il forme en 1995 avec Louis Sclavis et Henri Texier. Un voyage commun dans six pays d’Afrique centrale donne naissance à l’album Carnets de routes. À la suite d’un autre voyage, quelques années plus tard, ils publient Suite africaine. Un troisième album, African Flashback, complétera la série en 2005.

En 1995 également, Aldo Romano fonde le quartette Palatino, du nom du train de nuit qui reliait Paris à Rome. Dépourvu de piano, ce groupe compte également Michel Benita à la contrebasse, Glenn Ferris au trombone et Paolo Fresu à la trompette.

Son album le plus récent est La Belle Vie (Sunset/L’Autre Distribution) en 2019, avec Emmanuel Bex et Philip Catherine.