INFORMATION

Tout est mis en œuvre pour vous accueillir dans les meilleures conditions. Cliquez ici pour plus d’informations

Flavio Boltro

Trompette

Né à Turin en 1961, Flavio Boltro compte parmi les plus grands musiciens de jazz italiens. Bercé de jazz dès sa plus tendre enfance, il commence la trompette à l’âge de 9 ans, puis entre au conservatoire à 13. À 25 ans, il fait partie du groupe Lingomania, avec Roberto Gatto à la batterie, Furio Di Castri à la contrebasse, Maurizio Giammarco au saxophone, Umberto Fiorentino à la guitare ; le groupe remportera deux années de suite les prix du meilleur disque et du meilleur groupe de l’année.

À la même période, il commence à travailler avec Steve Grossman, avec lequel il se produit régulièrement dans des clubs et festivals internationaux, en quintette avec Cedar Walton, Billy Higgins et David Williams, mais aussi avec Clifford Jordan et Jimmy Cobb. Une autre formation déterminante dans son parcours est le trio original formé avec Manu Roche à la batterie et Furio Di Castri à la contrebasse, transformé en quartette à l’arrivée de Joe Lovano.

En 1984, il est élu «meilleur talent» par la revue Musica Jazz. Au début des années 1990, il assiste au Festival di Calvi, où il joue l’année suivante avec Antonio Faraò, Manu Roche et Paolo Dalla Porta. En 1994, il est choisi par Laurent Cugny comme trompettiste de l’Orchestre national de jazz. Il laisse cet orchestre peu après pour entrer dans le sextette de Michel Petrucciani. En 1997, il forme un quintette avec Stefano Di Battista au saxophone, Éric Legnini au piano, Benjamin Henocq à la batterie et Rosario Bonaccorso à la basse. Vainqueur du Jazzit Award 2010, il collabore régulièrement avec le quintette formé par Gino Paoli avec Danilo Rea, Roberto Gatto et Rosario Bonaccorso. En 2010, il publie son premier CD, en duo avec Danilo Rea.

En 2014, il fonde avec Mauro Battisti à la contrebasse et Mattia Barbieri à la batterie le BBB Trio, avec l’exigence «d’avoir une plus grande liberté sonore et de [s]e focaliser en même temps sur l’interaction avec la section rythmique, créant ainsi un “son circulaire” de type contrapuntique qui met en évidence toute le force de cette interaction».