INFORMATION

Tout est mis en œuvre pour vous accueillir dans les meilleures conditions. Cliquez ici pour plus d’informations

Maria joão pires

Artiste associée de la saison 2021/2022
portrait de Maria João Pires

Depuis une quinzaine d’années, Maria João Pires s’était éloignée des salles de concert, occupée à de multiples œuvres pédagogiques et sociales dans lesquelles la musique restait bien sûr essentielle. Retrouvant peu à peu la scène, cette grande dame a accepté de partager deux moments privilégiés avec le public de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon.

«Je ne suis pas une passionnée du piano», confiait Maria João Pires en 2016 aux lecteurs du quotidien suisse Le Temps. Un comble pour les – innombrables – fans de la pianiste portugaise, qui a donné son premier concert public à l’âge de 4 ans et, depuis lors, a enflammé tant de publics à travers le monde. Ce que Pires signifiait par là, c’est que le piano n’est pour elle qu’un outil parmi d’autres dans sa quête insatiable de musique, mais aussi de partage. Derrière la pianiste adulée se cache une femme d’action. Depuis le début des années 2000, Pires se dévoue au centre artistique qu’elle a fondé dans la ferme de Belgais, au cœur d’une nature isolée et superbe à quelque 250 km au nord-est de Lisbonne (où elle développe aussi un projet de permaculture avec Pierre Rabhi). Un «monastère», lit-on parfois. On ne croit pas si bien dire : pour Pires, la musique est religion, par son caractère sacré et parce qu’elle relie les gens, jusqu’aux plus éloignés de la musique classique (tels ces enfants défavorisés de Belgique bénéficiant de son projet choral Partitura). Son jeu, d’une humilité et d’une grâce absolues, témoigne de cet état d’esprit. Nous aurons le bonheur de l’entendre en concerto, en récital et même en duo – avec au violon Nikolaj Szeps-Znaider – dans ces compositeurs qu’elle sert si miraculeusement : Mozart, Beethoven, Schubert et Debussy.