Fermeture estivale

Nous vous informons que le guichet de billetterie est fermé du samedi 20 juillet au lundi 19 août 2024 inclus. Pendant cette période, vous pouvez continuer à réserver vos places à l’unité ou vous abonner en ligne. Pour toute question, vous pouvez également nous écrire à onl.billetterie@mairie-lyon.fr, nous vous répondrons à partir du 20 août. Nous vous souhaitons un très bel été.

Notes de programme

Mozart / Schönberg

Mar. 11 juin 2024

Retour au concert du mar. 11 juin 2024.

Programme détaillé

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Quintette à cordes n° 3, en do majeur, KV 515

I. Allegro
II. Menuetto : Allegretto – Trio – Menuetto da capo
III. Andante
IV. Allegro

[32 min]

Arnold Schönberg  (1874-1951)
Verklärte Nacht
[La Nuit transfigurée], op. 4

I. Sehr langsam [Très lent]
II. Etwas bewegter [Un peu plus animé]
III. Schwer betont [Lourdement martelé]
IV. Sehr breit und langsam [Très large et lent]
V. Sehr ruhig [Très calme]

[30 min]

Concert sans entracte.

Distribution

Musiciennes et musiciens de l’Orchestre national de Lyon :

Jennifer Gilbert violon
Iva Nedeva violon
Vincent Dedreuil-Monet alto
Mélissa Dattas alto
Édouard Sapey-Triomphe violoncelle
Tomomi Hirano violoncelle

Introduction

Nul besoin des mots pour raconter en musique. Amoureux de la fille de son professeur, Arnold Schönberg s’inspire d’un poème de son ami Richard Dehmel pour composer en 1899 cet étonnant sextuor à cordes qu’est La Nuit transfigurée.  Il s’agit d’un émouvant dialogue entre une femme, enceinte d’un autre, et son amant, prêt à accueillir l’enfant. Dans cette nuit éclairée par la lune, l’espoir naîtra du pardon et de la fusion des êtres. Tout empreint de romantisme, le jeune Schönberg n’a pas encore rompu avec le monde musical d’hier ; le lyrisme des cordes est ici irrésistible. Et c’est encore un clair-obscur qui accueille les confidences de Mozart dans son Quintette en do majeur, dont le manuscrit porte la date : Vienne, 19 avril 1787. De cette tonalité, le compositeur a tiré des œuvres parmi ses plus singulières et ses plus innovantes. Dans la Fantaisie pour piano ou l’ultime Symphonie «Jupiter», ou encore dans le dernier accord de la Musique funèbre maçonnique, do majeur n’est pas la tonalité de la joie sans ombre mais plutôt une réponse au tragique, une sorte d’optimisme consolateur. Par sa pathétique grandeur, le quintette semble résumer une existence entière, aboutissant au parfait équilibre entre obscurité et lumière.