INFORMATIONS COVID-19

Toutes les manifestations prévues jusqu'à la fin de la saison 19/20 sont annulées. En savoir +

Symphonique | Orchestre national de Lyon

Visages Russes

Truls Mørk / Thomas Søndergard

jeu. 6 fév | sam. 8 fév

Visages Russes

jeu. 6 fév | sam. 8 fév

Nous vous informons que la cheffe Han-Na Chang est souffrante et qu'elle ne pourra pas assurer ces concerts. Elle est remplacée par Thomas Søndergard, directeur musical du Royal Scottish National Orchestra. Le programme reste inchangé.

Programme

Sergueï Prokofiev

Symphonie n° 1, en ré majeur, op. 25, «Symphonie classique»

14 min
Dmitri Chostakovitch

Concerto pour violoncelle n° 1, en mi bémol majeur, op. 107

30 min
Piotr Ilyitch Tchaïkovski

Symphonie n° 6, en si mineur, op. 74, «Pathétique»

46 min

Distribution

Orchestre national de Lyon
Han-Na Chang
direction
Truls Mørk
violoncelle

Truls Mørk, qui possède peut-être le plus beau son de violoncelle actuel, et la jeune cheffe sud-coréenne Han-Na Chang nous présentent trois visages de la musique russe.

Écouter Truls Mørk, c’est entendre le violoncelle dans ce qu’il a de plus grandiose, tendre, épique, généreux. C’est aussi aller à la rencontre d’un instrument exceptionnel ; on dit souvent les violoncelles de Montagnana supérieurs à ceux de son maître Stradivarius, « plus faciles à jouer » selon Jacqueline du Pré, car répondant plus généreusement aux sollicitations de l’instrumentiste. Tous deux seront d’autant mieux mis en valeur que l’Orchestre national de Lyon sera placé sous la direction d’Han-Na Chang, elle-même violoncelliste et disciple de Mstislav Rostropovitch. C’est d’ailleurs à l’intention du génial virtuose russe que Chostakovitch a écrit son Premier Concerto, aux sonorités parfois macabres et sarcastiques, n’hésitant pas à déformer l’une des mélodies préférées de Staline comme pour libérer le compositeur de ses pires souvenirs. Encadrant l’ouvrage, deux symphonies russes que tout paraît opposer : le classicisme intemporel dans la Classique de Prokofiev, la passion romantique et le poids d’un destin inéluctable dans la Pathétique de Tchaïkovski.