Fermeture estivale

Nous vous informons que le guichet de billetterie est fermé du samedi 20 juillet au lundi 19 août 2024 inclus. Pendant cette période, vous pouvez continuer à réserver vos places à l’unité ou vous abonner en ligne. Pour toute question, vous pouvez également nous écrire à onl.billetterie@mairie-lyon.fr, nous vous répondrons à partir du 20 août. Nous vous souhaitons un très bel été.

Récital

Pierre-Laurent Aimard

Ravel / Boulez

dim. 9 fév
Réserver
Pierre-Laurent Aimard

Pierre-Laurent Aimard

dim. 9 fév

Réserver

En 1975, Pierre-Laurent Aimard participait à l’inauguration de l’Auditorium. En cette année où le bâtiment fête son cinquantenaire, c’est une joie de l’accueillir dans un de ces programmes inventifs et fascinants dont il a le secret. Avec à la clef deux autres anniversaires, les 150 ans de Maurice Ravel et les 100 de Pierre Boulez.

Programme

Ludwig van Beethoven

Six Bagatelles op. 119 – Onze Bagatelles op. 126 (extraits)

11 min
Pierre Boulez

Notations

12 min
Alban Berg

Sonate pour piano op. 1

10 min
Pierre Boulez

Première Sonate

9 min
Pierre Boulez

Incises

6 min
Maurice Ravel

Gaspard de la nuit

22 min

Distribution

Pierre-Laurent Aimard
piano

Gaspard de la nuit est l’une des partitions les plus difficiles du répertoire pianistique. Ces trois «fantaisies à la manière de Rembrandt et de Callot» sollicitent l’imagination en évoquant une séduisante ondine, un pendu assistant au coucher du soleil, un gnome espiègle jouant avec les rêves. Proche d’Olivier Messiaen dès l’âge de 12 ans, accueilli par Pierre Boulez à l’Ensemble intercontemporain, Pierre-Laurent Aimard s’est formé au contact des compositeurs. Avec ce nouveau programme, il questionne les facultés de l’inspiration, l’origine de la «première œuvre», la capacité à inventer et à «écarteler la mémoire», selon la formule boulézienne, et, dans les Notations, à confronter la méthode de Schönberg à une multitude de caractères. Dans les Bagatelles de Beethoven, les petites choses se suffisent à elles-mêmes quand l’idée est belle. Si la Sonate op. 1 de Berg révèle les hésitations du compositeur au moment de s’engager sur de nouveaux chemins, la Première Sonate de Boulez se soumet à la forme classique pour mieux s’en libérer et dessiner l’avenir d’Incises.