Fermeture estivale

Nous vous informons que le guichet de billetterie est fermé du samedi 20 juillet au lundi 19 août 2024 inclus. Pendant cette période, vous pouvez continuer à réserver vos places à l’unité ou vous abonner en ligne. Pour toute question, vous pouvez également nous écrire à onl.billetterie@mairie-lyon.fr, nous vous répondrons à partir du 20 août. Nous vous souhaitons un très bel été.

Hors les murs

Paris (75)

L’ONL à la Philharmonie de Paris

Nikolaj Szeps-Znaider / Ibrahim Maalouf

sam. 8 mar | dim. 9 mar
Musiciens de l'Orchestre national de Lyon

L’ONL à la Philharmonie de Paris

sam. 8 mar | dim. 9 mar

Au-delà des nombreux concerts qu’il donne à l’Auditorium, l’Orchestre national de Lyon rayonnera à nouveau sur les plus grandes scènes nationales, tout en maintenant une présence dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Programme

Maurice Ravel

Alborada del Gracioso

8 min
Manuel de Falla

Le Tricorne, suite d’orchestre n° 2

15 min
Ibrahim Maalouf

Boléro pour Ravel (commande de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, de la Philharmonie de Paris et de l’Orchestre de Pau-Béarn)

15 min
Richard Strauss

Le Chevalier à la rose, suite d’orchestre

25 min
Maurice Ravel

La Valse, poème chorégraphique

13 min

Distribution

Ibrahim Maalouf
trompette

Le 7 mars 2025, Ravel aurait eu 150 ans. L’hommage que lui rend la star de la trompette jazz Ibrahim Maalouf démontre s’il en était besoin que l’auteur du Boléro est toujours d’actualité.

Jouer Ravel, c’est l’assurance de voyager au loin, dans tous ces pays que le compositeur basque a rêvés : l’Espagne pittoresque du «Gracioso», le bouffon des comédies espagnoles ; la Vienne en décomposition après la Première Guerre, dans cette Valse qui se clôt sur un spectaculaire effondrement. À cette Espagne et cette Vienne fantasmées répondent celles, bien réelles, de Manuel de Falla et Richard Strauss. Ibrahim Maalouf apporte sa contribution à cet hommage avec son Boléro pour Ravel, concerto dont il est lui-même le soliste et qui sera donné en première mondiale à Pau quelques jours avant d’être dévoilé à l’Auditorium, puis de gagner Paris. Maalouf y salue son aîné «sans essayer d’imiter, sans risquer d’abîmer son génie», comme «un poème écrit à sa mémoire».

Plus d'infos sur le site philharmoniedeparis.fr

Média