Fermeture estivale

Nous vous informons que le guichet de billetterie est fermé du samedi 20 juillet au lundi 19 août 2024 inclus. Pendant cette période, vous pouvez continuer à réserver vos places à l’unité ou vous abonner en ligne. Pour toute question, vous pouvez également nous écrire à onl.billetterie@mairie-lyon.fr, nous vous répondrons à partir du 20 août. Nous vous souhaitons un très bel été.

Récital

Quatuor Chiaroscuro

Beethoven

mar. 17 déc
Réserver
Quatuor Chiaroscuro

Quatuor Chiaroscuro

mar. 17 déc

Réserver

De Haydn à Schubert en passant par Mozart et Beethoven, le Quatuor Chiaroscuro a fait du quatuor à cordes viennois son territoire de prédilection. Il le revisite pas à pas, au gré des concerts et des sorties discographiques, et ses instruments d’époque déploient à merveille ce «clair-obscur» dont il a pris le nom.

Programme

Ludwig van Beethoven

Quatuor à cordes en fa majeur, op. 59/1, «Razoumovski»

35 min
Ludwig van Beethoven

Quatuor à cordes en mi mineur, op. 59/2, «Razoumovski»

35 min

Distribution

Quatuor Chiaroscuro :
Alina Ibragimova et Charlotte Saluste-Bridoux, violon – Emilie Hörnlund, alto – Claire Thirion, violoncelle

Formé en 2005, le Quatuor Chiaroscuro est devenu l’interprète phare du quatuor à cordes de l’époque classique et du début de la période romantique, développant avec ses cordes en boyau et ses archets historiques un son unique. Mais le son n’est pas tout : il s’accompagne d’un engagement, d’une intelligence du texte et d’une homogénéité qui font entendre d’une oreille neuve tous les chefs-d’œuvre dont les quatre musiciens s’emparent. Dans leur exploration systématique du quatuor à cordes viennois, Beethoven tient bien sûr une place centrale. Après les six Quatuors op. 18, qui ont fait l’objet de deux volumes discographiques en 2021 et 2022, le quatuor aborde logiquement les Quatuors op. 56, dédiés au prince Andreï Razoumovski, ambassadeur de Russie à Vienne et protecteur de Beethoven. Par rapport à l’opus 18 (1798-1800), ce triptyque de 1806 (dont sont joués ici les deux premiers volets) marque un approfondissement et une ambition nouvelle : Beethoven entre de plain-pied dans sa maturité. Le caractère est enjoué, et des thèmes russes apportent du piquant pour honorer le commanditaire.