Fermeture estivale

Nous vous informons que le guichet de billetterie est fermé du samedi 20 juillet au lundi 19 août 2024 inclus. Pendant cette période, vous pouvez continuer à réserver vos places à l’unité ou vous abonner en ligne. Pour toute question, vous pouvez également nous écrire à onl.billetterie@mairie-lyon.fr, nous vous répondrons à partir du 20 août. Nous vous souhaitons un très bel été.

Symphonique | Orchestre national de Lyon

L’Empereur

Yefim Bronfman / Nikolaj Szeps-Znaider

jeu. 20 fév | ven. 21 fév
Réserver
Yefim Bronfman au piano

L’Empereur

jeu. 20 fév | ven. 21 fév

Réserver

Les chants désespérés sont-ils vraiment les plus beaux, pour paraphraser Musset ? Réponse avec Omoï et le Concerto «L’Empereur», sous les doigts de Yefim Bronfman, avant de célébrer la majesté du Rhin en compagnie de Schumann.

Programme

Grégoire Rolland

Omoï (version pour orchestre)

7 min
Ludwig van Beethoven

Concerto pour piano n° 5, en mi bémol majeur, op. 73, «L’Empereur»

40 min
Robert Schumann

Symphonie n° 3, en mi bémol majeur, op. 97, «Rhénane»

35 min

«Depuis le 4 mai, écrit Beethoven en juillet 1809, je n’ai rien créé de véritablement cohérent, sinon un fragment par-ci par-là. Tous ces événements ont affecté mon corps et mon âme.» Ce 4 mai 1809, les troupes françaises sont entrées dans Vienne. Bonaparte, que Beethoven avait tant admiré avant de le haïr lorsqu’il s’était auto-couronné, menaçait la capitale des Habsbourg. La réponse ? Ce concerto dont le manuscrit porte des exhortations guerrières, mais dont le champ de lutte est surtout la musique : Beethoven y rompt d’une manière époustouflante avec les codes du genre, impérial dans son énergie autant que dans son geste créateur. Pour se mesurer à un tel monument, Nikolaj Szeps-Znaider fait appel à l’un de ses partenaires les plus fidèles, Yefim Bronfman, à l’endroit duquel il ne cache pas son admiration. Hommage aux victimes de la catastrophe japonaise de 2011, Omoï adopte un ton bien différent. Grégoire Rolland, compositeur en résidence de l’Auditorium-Orchestre national de Lyon, en fait une déploration douloureuse et sublime, dont Mélodie Michel joue la version pour orgue lors du Petit Concert d’orgue du vendredi 21 février. Traduisant la majesté du Rhin autant que le mystère des légendes nées à ses abords ou les vives couleurs projetées à travers les vitraux de la cathédrale de Cologne, la Rhénane de Schumann conclut ce concert avec flamboyance.
 

Média