Fermeture estivale

Nous vous informons que le guichet de billetterie est fermé du samedi 20 juillet au lundi 19 août 2024 inclus. Pendant cette période, vous pouvez continuer à réserver vos places à l’unité ou vous abonner en ligne. Pour toute question, vous pouvez également nous écrire à onl.billetterie@mairie-lyon.fr, nous vous répondrons à partir du 20 août. Nous vous souhaitons un très bel été.

Symphonique | Ensemble invité

Budapest Festival Orchestra

Brahms

dim. 24 nov
Réserver
Iván Fischer

Budapest Festival Orchestra

dim. 24 nov

Réserver

Né à Hambourg et indéniablement allemand, Brahms était fasciné par la musique tsigane en vogue à son époque. Danses hongroises et Premier Concerto pour piano témoignent de ce penchant, et c’est presque un acte patriotique pour l’Orchestre du Festival de Budapest que de s’approprier ses ouvrages.

Programme

Johannes Brahms

Danse hongroise n° 1, en sol mineur

3 min
Johannes Brahms

Concerto pour piano n° 1, en ré mineur, op. 15

50 min
Johannes Brahms

Danse hongroise n° 11, en ré mineur (orchestration d’Albert Parlow)

3 min
Johannes Brahms

Symphonie n° 1, en do mineur, op. 68

45 min

Distribution

Budapest Festival Orchestra
direction

Brahms a tout juste 15 ans quand il rencontre Ede Reményi. De passage à Hambourg, le jeune violoniste hongrois initie son cadet au verbunkos et à la csárdás emblématiques de son pays. Mais, si Brahms se rend par deux fois en Hongrie, la musique de Beethoven n’en continue pas moins de couler dans ses veines. Intimidé par son aîné, il commence son Premier Concerto par un geste si beethovénien qu’il s’en trouve comme libéré et peut se lancer dans un finale à la hongroise. Avec la Première Symphonie, il entraîne l’auditeur ailleurs, citant un thème de cor des Alpes entendu en Suisse. Mais ce sont de nouveau les musiciens tsiganes qui semblent surgir des Danses hongroises. Un tel programme ne pouvait bénéficier de meilleurs ambassadeurs que l’Orchestre du Festival de Budapest et Kirill Gerstein ; né russe, nationalisé américain et désormais installé à Berlin, ce pianiste a fait la preuve de ses affinités magyares en triomphant à l’Auditorium de Lyon, en janvier 2024, dans le Deuxième Concerto de Liszt.