INFORMATION

Tout est mis en œuvre pour vous accueillir dans les meilleures conditions. Cliquez ici pour plus d’informations

Opérette | Orchestre national de Lyon

La Chauve-Souris

Nikolaj Szeps-Znaider

mer. 29 déc | jeu. 30 déc | ven. 31 déc | sam. 1 jan
Réserver

La Chauve-Souris

mer. 29 déc | jeu. 30 déc | ven. 31 déc | sam. 1 jan

Réserver

Dans la famille Strauss, demandez le fils aîné : chouchou des concerts de fin d’année, Johann Strauss, second du nom, est la guest star de l’Auditorium de Lyon avec son opérette la plus célèbre, et certainement la plus savoureuse. Nikolaj Szeps-Znaider réunit pour l’occasion un plateau de premier plan.

Programme

Johann Strauss fils

La Chauve-Souris, opérette en trois actes (Chanté en allemand, avec de nouveaux textes parlés en français)

Distribution

(préparation Nicole Corti)
soprano (Rosalinde)
Nikola Hillebrand
soprano (Adele)
Michael Nagy
baryton (Docteur Falke)
Michael Schade
ténor (Gabriel von Eisenstein)
Stephanie Houtzeel
mezzo-soprano (Prince Orlofsky)
Jean-Paul Fouchécourt
ténor (Docteur Blind)
Boaz Daniel
baryton (Frank)
Jean Lacornerie
mise en scène

Nikolaj Szeps-Znaider confie volontiers son affection pour La Chauve-Souris, dont il souligne la grande finesse derrière son apparente légèreté. Ce n’est pas un hasard si les meilleurs spécialistes de ce répertoire sont également, dans de nombreux cas (et dans celui du directeur musical de l’Orchestre national de Lyon), d’excellents mozartiens ! Pour le livret, Strauss a puisé à la meilleure source : Le Réveillon, une comédie en vaudeville d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy, les artisans des grands succès d’Offenbach et les futurs librettistes, en 1875, de Carmen. L’action est transportée de Paris à Vienne, mais la trame générale reste la même, à quelques détails près – le gardien de prison se soûle désormais à la slivovitz, et non plus au cognac ! L’étincelante ouverture préfigure le ton et le raffinement de l’ouvrage où, dans une écriture et une progression dramatique parfaitement maîtrisées, on s’étourdit de valses, de csárdás et de polkas. Lumières, costumes et scénographie donneront tout leur faste à ces exécutions, dotées d’un plateau de haute volée. On y remarque notamment Siobhan Stagg, pour sa prise de rôle en Rosalinde, Michael Schade, qui a incarné Eisenstein avec brio à Toronto et à l’Opéra de Vienne, et Jean-Paul Fouchécourt, qu’on attend avec impatience dans l’inénarrable avocat Blind.

À partir de 4 concerts, pensez à l'abonnement pour profiter de nombreux avantages.
Abonnez-vous en ligne